ISOLATION DES COMBLES : nouveau NF DTU 45.10 sur la mise en oeuvre des panneaux et rouleaux en laines minérales


Jeudi
15 octobre 2020

Après la parution du NF DTU 45.11 en mars 2020 sur l'isolation des combles par soufflage, le nouveau NF DTU 45.10, entré en vigueur le 1er juillet 2020, concerne les travaux d'isolation des combles perdus ou aménagés par panneaux ou rouleaux en laines minérales manufacturées, reconnus désormais comme technique traditionnelle.

ll vise à la fois le neuf ou la rénovation, et remplace le CPT n°3560 de juin 2009.
 

Domaine d’application

Le nouveau NF DTU 45.10 propose des clauses types de spécifications de mise en œuvre pour les travaux d'exécution d'isolation par l'intérieur des combles réalisés avec des isolants en laines minérales manufacturées de roche ou de verre sous forme de panneaux ou rouleaux, surfacés ou non. Ces derniers sont destinés à l'isolation des rampants, des combles aménagés ou à l'isolation des planchers des combles perdus mis en oeuvre dans les locaux résidentiels ou non résidentiels, et permettent d'assurer plusieurs fonctions : une isolation thermique, une isolation acoustique et une protection contre l'incendie.

Le NF DTU 45.10 s'applique au domaine de la construction neuve comme à celui de la rénovation, et couvre toutes les zones climatiques et naturelles françaises métropolitaines à l'exception du climat de montagne.

Il s'applique exclusivement aux locaux à faible et moyenne hygrométrie et ne traite pas les locaux climatisés. Il couvre aussi les locaux ponctuellement et temporairement rafraîchis en période chaude par un système d'appoint associé à une ventilation mécanique, lorsque la température de consigne est telle que l'écart de température entre l'intérieur et l'extérieur est inférieur à 5 °C.

Les points importants de ce nouveau DTU

1. Une nouvelle exigence

Ce DTU fixe comme exigence la pose d’un isolant semi-rigide ou rigide dans les combles aménagés, en rampants et pieds droits, afin d'éviter tout risque d'affaissement du matériau isolant dans la durée.

Cette exigence se traduit par une performance avec un lambda minimum de :
≤ 36 mW/(m.K) entre chevrons ou fermettes ;
≤ 38 mW/(m.K) sous chevrons ou fermettes.

Les isolants souples sont donc bannis des combles aménagés, mais restent particulièrement bien adaptés sur les planchers de combles perdus.

 

2. Pare-vapeur et écrans HPV

Le paragraphe 5.2 aborde les dispositions relatives à la gestion de la diffusion de la vapeur d'eau au sein des ouvrages. De nombreux cas de figures sont traités :
- Cas des parois en rampants, planchers de faux-combles et pieds-droits des combles aménagés ou aménageables ;
- Cas des combles perdus.

 

3. Trappe d’accès

Tous les éléments techniques relatifs à la trappe d'accès au comble perdu sont abordés. Notamment le fait qu’elle soit isolée en insérant un isolant semi-rigide dont la résistance thermique est au moins égale à celle de l'isolation installée sur le plancher. Celui-ci est découpé selon la forme du coffrage en planches, constituant la trappe. Le DTU présente un schéma de principe.

 

4. Conduits de fumées

Le DTU prévoit que la distance de sécurité entre le conduit de fumées et l'isolant dépend du type de conduit et que cette distance doit être conforme au NF DTU 24.1 « Travaux de fumisterie - systèmes d'évacuation des produits de combustion desservant un ou des appareils ».

Lorsqu’une membrane pare-vapeur est utilisée, la jonction sur le coffrage est effectuée comme un retour sur canalisation quand le conduit n'est pas adossé à la maçonnerie.

Lorsque le conduit est appuyé sur un mur porteur, pour la jonction, il convient de pratiquer une entaille dans la membrane de part et d'autre du conduit et de la largeur du coffrage pour que la membrane arrive au contact du mur porteur. Ensuite, il est possible de procéder à la jonction sur le mur et de préparer une pièce de raccord.

Le pare-vapeur permet d'empêcher le cheminement et la stagnation de vapeur d'eau dans les parois du bâtiment, et de préserver ainsi la charpente de toute humidification excessive.

5. La membrane pare-vapeur

Le nouveau NF DTU 45.10 apporte de nombreuses indications quant à la mise en œuvre de l’ouvrage pare-vapeur, celui étant composé du pare-vapeur souple ou rigide et d’éléments accessoires.

La pose de membranes pare-vapeur est désormais obligatoire dans de nombreux cas, que ce soit en combles perdus ou aménagés. Le NF DTU 45.10 détaille ces différents cas selon le type de couverture et de ventilation en sous-face, la localisation de la construction (zone très froide ou non), la nature du plancher support, la présence ou non d'un écran de sous-toiture, l'épaisseur de l'isolant, etc.

Les accessoires (adhésifs et mastic) doivent être compatibles afin que la vapeur d'eau soit gérée de manière continue et pérenne sur la totalité de la toiture. Les documents particuliers du marché doivent indiquer le critère d'acceptation des accessoires. A défaut, l'annexe B de la partie P1-2 du NF DTU 45.10 spécifie les conditions de réception de chaque accessoire.

6. La performance des laines minérales

Les panneaux et rouleaux sont faits de laine de verre ou de roche, et relèvent de la norme NF EN 14064-1. Ils peuvent être ou non surfacés. (papier kraft, kraft-aluminium, etc.).

En rénovation, un isolant existant peut être conservé s’il recouvre l’ensemble de la paroi. Sinon, il doit être déposé.

Pour vous procurer ce nouveau DTU, contactez les services de la CAPEB Moselle.


Partager cet article sur les réseaux sociaux