Béton bas Carbone : Les bonnes pratiques


Mercredi
29 septembre 2021

L’AQC publie le rapport Béton bas carbone – Perspectives et recommandations. Ce document propose un panorama des bétons à empreinte carbone réduite, identifie les points sensibles en conception et mise en oeuvre, et émet des recommandations quant à leurs usages. Il est accompagné d’une plaquette Béton bas carbone – Bonnes pratiques qui synthétise de manière pédagogique les principaux points sensibles relevés dans le rapport.

 

DES ENSEIGNEMENTS POUR RÉDUIRE L’EMPREINTE CARBONE DES BÂTIMENTS

Au regard des objectifs de neutralité carbone à l’horizon 2050 de la Stratégie nationale bas carbone (SNBC), les acteurs français de la filière béton se sont engagés dans des études et travaux pour réduire leur empreinte carbone.
À ce jour, des incertitudes doivent encore être levées sur la définition des bétons bas et très bas carbone. De plus, un certain nombre de précautions sont à prendre avant d’effectuer des travaux qui mettent en oeuvre ce type de béton.

Sur la base d’une étude bibliographique et d’enquêtes auprès de professionnels mettant en oeuvre du béton bas carbone, le rapport livre de nombreux enseignements. Parmi les points majeurs :

  • le choix d’une solution béton bas carbone doit avant tout s’inscrire dans une réduction de l’empreinte carbone à l’échelle du bâtiment et s’intégrer dans une optimisation du dimensionnement de la structure et une rationalisation des ressources matériaux ;
  • l’empreinte carbone d’un béton doit être ramenée à un service rendu (unité fonctionnelle) qui peut être multiple : résistance mécanique, comportement au jeune âge, durabilité et résistance aux environnements agressifs, performance thermique, fonction esthétique, résistance au feu… Il est ainsi essentiel de chercher le meilleur compromis performances/empreinte carbone pour une solution constructive donnée ;
  • si le sujet reste globalement innovant, des bétons bas carbone relevant des techniques courantes sont dès à présent disponibles et leur assurabilité est donc possible dans la plupart des cas. Une vigilance particulière doit néanmoins être portée au respect des conditions spécifiques de mise en oeuvre et de cure (allongement cycles de décoffrage, sensibilité à la fissuration due au retrait, précautions d’usage en hiver) et à la formation des équipes.

Un panorama et une catégorisation des bétons bas carbone sont par ailleurs proposés et des recommandations et points de vigilance sont émis pour leur bonne mise en oeuvre et leur tenue dans le temps.

Votre navigateur ne supporte pas l'affichage du fichier PDF. Cliquez-ici pour télécharger le fichier PDF associé à cet article.


Partager cet article sur les réseaux sociaux